Comprendre un compte de résultat

Comprendre compte de resultat

Qu’est-ce qu’un compte de résultat en comptabilité ?

Le compte de résultat est l’un des trois principaux états financiers d’une entreprise avec le bilan comptable et le tableau des flux de trésorerie. Le compte de résultat est utilisé pour rendre compte des performances financières d’une société sur une période comptable.

Le compte de résultat est également connu sous le nom de compte de pertes et profits et pertes (PP) ou de P&L. Il se concentre principalement sur les revenus et les dépenses de l’entreprise au cours d’une période fiscale. La meilleure façon d’analyser une entreprise pour y investir est de savoir le décortiquer.

Quelle est la différence entre le bilan et le compte de résultat ?

Le bilan comptable fournit un aperçu des actifs et des passifs d’une entreprise à une date donnée, généralement la date de clôture des comptes.

Le compte de résultat rend compte des revenus et des dépenses sur une période donnée, généralement un trimestre ou un an. L’en-tête du compte de résultat indique la durée à laquelle il se réfère : « Compte de résultat pour l’exercice clôturé le 31 décembre 2022 ».

Quelle est la structure d’un compte de résultat ?

Selon le Code des Obligations et l’article 959b alinea 2 du CO, le compte de résultat d’une entreprise en Suisse se décompose comme suit :

  1. Produits nets des ventes de biens et de prestations de services ;
  2. Variation des stocks de produits finis et semi-finis et variation des prestations de services non facturées ;
  3. Charges de matériel ;
  4. Charges de personnel ;
  5. Autres charges d’exploitation ;
  6. Amortissements et corrections de valeur sur les postes de l’actif immobilisé ;
  7. Charges et produits financiers ;
  8. Charges et produits hors exploitation ;
  9. Charges et produits exceptionnels, uniques ou hors période ;
  10. Impôts directs ;
  11. Bénéfice ou perte de l’exercice.

Nous pouvons voir qu’il y a un nombre relativement important de catégories différentes. Globalement, le compte de résultat rend compte de la façon dont le chiffre d’affaires réalisé par l’entreprise est transformé en résultat net, que cela soit un bénéfice ou une perte.

Attention ! Son format peut varier selon les principes et le référentiel comptable utilisé par l’entreprise : Code des Obligations, IFRS, Swiss GAAP RPC ou USGAAP par exemple.

Le compte de résultat en détail

Nous avons vu comment se décompose un compte de résultat selon le Code des Obligations. Voyons ensemble plus en détail certains aspects de cette structure du compte de résultat détaillé.

Produits d’exploitation : chiffre d’affaires et produits net des ventes

Les revenus générés par l’activité principale d’une entreprise sont souvent appelés produits d’exploitation. En droit des obligations, on parle du « Produit net des ventes de bien ou de prestations de services ». On peut également synthétiser cela sous le terme chiffre d’affaires.

Pour une entreprise fabriquant un produit, un distributeur ou un détaillant impliqué dans l’activité de vente de ce produit, les revenus des activités principales font référence aux revenus tirés de la vente du produit. Pour une entreprise dont l’activité consiste à offrir des services, les revenus des activités principales font référence aux revenus perçus en échange de l’offre de services.

Cela inclut notamment :

  • le produit brut résultant de ventes de marchandises, de produits finis et de prestations de services;
  • les produits annexes d’exploitation dans la mesure où ils ont un rapport direct avec la fourniture de la prestation ;
  • les frais d’emballage refacturés ;
  • les gains de change en rapport avec le chiffre d’affaires en devises résultant de livraisons et de prestations ;
  • les réductions sur ventes tels que les rabais et remises sur les prix s’ils ne sont pas compris dans les charges financières.

Les autres produits

Le droit suisse parle de trois autres types de produits qui doivent être mentionnés dans le compte de résultat d’une entreprise. Il s’agit des produits suivants :

  • Produits financiers : il s’agit notamment des intérêts sur avoirs en banques et créances, des produits de placements financiers tels que les dividendes ou les intérêts sur emprunts ainsi que des gains de change.
  • Produits hors exploitation : il s’agit de produits ne relevant pas de l’activité principale de l’entreprise mais qui se produisent suffisamment fréquemment pour ne pas être considérés comme exceptionnels (par exemple, le gain relatif à la vente d’une immobilisation)
  • Produits exceptionnels, uniques ou hors période : il s’agit de produits inhabituels, uniques, qui ne sont pas en lien avec la marche des affaires et l’activité de l’entreprise. Cela peut être la correction d’une erreur comptable d’une période passée.

Charges d’exploitation

Les charges d’exploitations comprennent toutes les charges liées à l’activité de l’entreprise. Il s’agit de toutes les dépenses engagées pour gagner les produits d’exploitation normaux liés à l’activité principale de l’entreprise. Par exemple, elles comprennent le coût des marchandises vendues (appelé COGS en anglais), les frais de généraux et administratifs (appelé SG&A en anglais) et les dépenses de recherche et développement (appelé R&D en anglais).

Voici quelques-unes des charges d’exploitations les plus courantes :

  • Charges de matériel : il s’agit le plus souvent des achats de marchandises ou de matières premières.
  • Charges de prestations de services : il s’agit de charges relatives à des prestations de services en lien avec l’activité de l’entreprise.
  • Charges de personnel : cela inclut les salaires, les charges relatives aux assurances sociales (AVS, LPP, LAA, assurance IJM) ainsi que toutes les charges en lien avec le personnel (formation, frais divers). On y inclut également les charges relatives au personnel mis à disposition par d’autres entreprises (travailleurs temporaire, intérimaires).
  • Autres charges d’exploitations : ce terme générique regroupe l’ensemble des autres charges relatives à l’activité d’une entreprise mais qui n’entrent pas dans les 3 précédente catégories :

Les amortissements et corrections de valeur

Les amortissements représentent la perte de valeur d’un bien due à l’usure du temps. La dotation aux amortissements est le terme comptable qui représente cette perte de valeur au compte de résultat.

Pour plus d’informations sur les amortissements, nous vous conseillons de lire notre article : Amortissements en comptabilité : définition et calculs

Les autres charges

Comme pour les autres produits, les autres charges sont en général les suivantes :

  • Charges financières : il s’agit notamment des intérêts et des frais bancaires payés au long de l’année.
  • Charges hors exploitation : il s’agit de charges ne relevant pas de l’activité principale de l’entreprise mais qui se produisent suffisamment fréquemment pour ne pas être considérés comme exceptionnels (par exemple, la perte relative à la vente d’une immobilisation).
  • Charges exceptionnels, uniques ou hors période : il s’agit de charges inhabituelles, uniques, qui ne sont pas en lien avec la marche des affaires et l’activité de l’entreprise. Cela peut être la correction d’une erreur comptable d’une période passée.

Le résultat net : bénéfice ou perte de l’entreprise

Les différents résultats d’une société

Le but du compte de résultat est de montrer clairement le résultat net d’une période comptable. Mathématiquement, le résultat net est calculé sur la base des éléments suivants :

Résultat net = Produits d’exploitation – Charges d’exploitation – Amortissements + Autres produits – Autres charges

Si le résultat net est positif, on parle de bénéfice net, sinon, de perte nette.

Analyser un compte de résultat, c’est comprendre les différents niveaux de résultats :

  • Résultat brut d’exploitation : on parle également de l’EBITDA (earning before interest, taxes, depreciation and amortization). Il permet de connaître la marge brute d’une entreprise.
  • Résultat net d’exploitation : on parle également de l’EBIT (earning before interest and taxes). Il permet de comprendre le résultat de l’entreprise après les différents postes de dépenses tels que les salaires ou les frais administratifs.
  • Résultat avant impôt : c’est le résultat avant le paiement des impôts.
  • Résultat net : il s’agit du bénéfice net ou de la perte nette de l’exercice.

Utilisation du compte de résultat

L’objectif principal d’un compte de résultat est de transmettre aux parties prenantes de l’entreprise (actionnaires, investisseurs, banques, clients, fournisseurs) des détails sur la rentabilité et des activités commerciales de l’entreprise. Il fournit également des informations détaillées sur les activités internes de l’entreprise notamment à des fins de comparaison entre différentes entreprises et différents secteurs d’activité.

La direction d’une entreprise peut aussi prendre des décisions stratégiques en analysant son compte de résultat comme l’expansion vers de nouvelles zones géographiques, l’augmentation de la capacité de production ou la fermeture d’un département ou d’une gamme de produits.

En conclusion

Le compte de résultat forme avec le bilan comptable des états financiers clefs pour une entreprise. Les comprendre est nécessaire pour tout entrepreneur qui souhaite créer une entreprise et développer une activité rentable sur le long terme.

Romain Prieur
romain.prieur@karpeo.ch

Romain est le fondateur de la Fiduciaire Karpeo à Genève. Il est expert-comptable diplômé et participe activement à la formation des futurs experts-comptables via sont rôle de chargé de cours auprès de EXPERTsuisse. Romain est également le co-fondateur de la plateforme entreprendre.ch qui permet la création d'entreprises en Suisse.